English  

Daniel Taylor en tournée en Afrique de l’Ouest avec la gouverneure générale du Canada

Notre Directeur Artistique en tournée à travers l’Afrique de l’Ouest. Beaucoup plus de détails de cette visite extraordinaire à venir!

photo of Dan in Africa Oct 2018


Sur l’invitation de Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, Daniel et Ellen McAteer ont rejoint la délégation pour entreprendre visites d’État en Afrique de l’Ouest du 23 au 30 octobre 2018.

Ils visitèrent :

Burkina Faso du 23 au 26 Octobre;

la République de Côte d’Ivoire du 26 au 28 octobre;

et la République fédérale du Nigéria du 28 au 30 octobre.



photo of Dan in Africa Oct 2018


Ellen et Daniel apres des classes de maître à Côte d’Ivoire.

Parlementaires et leaders canadiens des domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation, du développement, du commerce et des arts renforcement des relations avec leurs homologues africains.
Daniel Taylor, notre directeur artistique et chef de la performance historique à l'Université de Toronto, s'est joint à la délégation. Ces échanges renforceront les relations entre le Canada et le Burkina Faso, la République de Côte d’Ivoire et la République fédérale du Nigéria.
Pour information : Site officiel du gouverneur général du Canada

Vidéo de Daniel Taylor et Ellen McAteer : Daniel et Ellen McAteer en Afrique

 

 

 

 

Opera Atelier Debut, Octobre/Novembre 2018

Le choeur du Theatre of Early Music et de la Schola Cantorum de l’Université de Toronto, sous la direction de Daniel Taylor, fait ses débuts comme le choeur de l’atelier d’opéra dans la belle production de Marshall Pynkoski, Actéon et Pygmalion.
David Fallis dirige l’orchestre Tafelmusik et une formation de solistes étoilés!

"La Schola Cantorum de l’Université de Toronto, àlaquelle se sont joints des membres de la chorale du Theatre of Early Music, sous la direction de Daniel Taylor, envoyez la musique au ciel."

Pour le critique complet : Operagoing Toronto

Daniel Taylor écrit d’Afrique:
"Félicitations au choeur du Theatre of Early Music et aux membres de la Schola Cantorum de l’Université de Toronto pour marquant d’excellentes critiques pour leur première apparition avec Opera Atelier:"
"Excellent"(Toronto Star) - "Thrilling"(Schmopera)!

Pour Billets ou information : Opera Atelier

 

Glowing Dixit Dominus Review


.....Concluding its fourth annual Fall Baroque Academy, an eventful 3-day program of lectures, workshops and master classes for advanced students, the University of Toronto Faculty of Music thrilled a capacity audience last Sunday with a stirring performance of Handel’s seminal masterwork. Ringing and impassioned, a double choir and orchestra of students supplemented by an impactful cohort of seasoned soloists, choristers and players filled Trinity College Chapel with musical magic.

An eclectic selection of popular art songs and arias spanning the mid 20th century to the Baroque all dedicated to special guest, noted U of T musicologist Professor Emerita Mary Ann Parker, adorned the first half of the program. Unexpectedly stepping from the wings, Head of Early Music Historic Performance, charismatic countertenor Daniel Taylor partnered by Quebec soprano sensation Karina Gauvin contributed a delightful unscheduled piece - Handel’s delicious Scherzano sul tuo volto - Your face abounds with grace and charm from the 18th century London-based maestro’s early Italian-flavoured hit, Rinaldo. Trippingly played by a 15-member period orchestra, a goodly number of players strikingly familiar from both Tafelmusik and Theatre of Early Music gatherings, the endearing little love duet led by violinist Jeanne Lamon quite simply sparkled, setting the stage for a sequence of similarly stellar visitor appearances prior to the main event...

And then, filing into the handsome neo-Gothic nave - the 44 choristers of Dixit Dominus. Commandingly led by Taylor, choir and ensemble excelled, launching the first of nine discrete movements, Dixit Dominus Domine meo, with thoroughly arresting crispness and crunch. Part II, an extended solo for alto, Virgam virtutis, provided marked contrast, sung with great poise and tranquility by Szabó making an engaging return appearance. Handel’s gorgeous anthem for lyric soprano, Tecum principum, brilliantly written in catchy triplets, brought Karina Gauvin gloriously front and centre again. Parts IV and V propelled us to a place of profound certitude, affecting and uplifting, choir and orchestra united and assertive. The Lord has sworn an oath and will not repent it. Punctuated by a flurry of brief, vibrant solos courtesy Schola Cantorum sopranos Lindsay McIntyre and Sinéad White, mezzo Camille Rogers and guest tenor Asitha Tennekoon, Dominus a dextris tuis unleashed its crescendo of righteous fervour, bass-baritone Matthew Li imparting a particularly emphatic note of exclamation. Heathens duly dispatched in a stunning volley of sharp arpeggios and chords in Part VII, chorus driving and explosive. Student sopranos Kayla Ruiz and White gifted us with a shining, silvery rendition of, De torrente, a heartrendingly beautiful duet as moving as it is mysterious. .....Transported to the more familiar sacred geography of the Gloria, the performance soared to its conclusion on repeated upsweeps of harmony, singers and players charged with energy, the chapel filled with gladness.

Understatement was never George Frideric’s style. But drama and excitement most certainly was as Taylor and company made abundantly clear.

Ian Ritchie
Operagoing Toronto
For Complete Review : Operagoing Toronto

 

The Countertenor Madness Concert

Concert will hit all the high notes
Friday, October 5, 2018 at 7:30pm
Kingston Road United Church
975 Kingston Road, Toronto, ON M4E 1T1

photo of Dan and his 4 countertenors 2018

From left to right: César Aguilar, Ryan McDonald, Ian Sabourin, Benjamin Shaw, Daniel Taylor and Miguel Brito will perform at Countertenor Madness on Oct. 5. PHOTO: Karen E. Reeves

Countertenor (Noun) "of or being the highest male voice; having a range above that of the tenor."
Ever heard one? If not, now is your chance. The Kingston Road Village Concert Series (KRVCS) will kick off its 2018-19 concert series with a bang.
The Countertenor Madness concert on Friday, October 5 at 7:30 p.m. will showcase five countertenors in a one-of-a-kind extravaganza. It is rare enough to have one countertenor roaming around, but it is almost unheard of to have five in the same concert. This is possibly one of the only times you will hear such a unique event.
Local businesswoman Mary Gore (in partnership with her husband Bob of Robert Gore and Associates) has raised the funds necessary to bring these artists to our community, even flying tenor Jesús Cortés from Mexico for the concert.

Toronto Symphony Orchestra bassist and KRVCS Music Director Tim Dawson dreamed up this unusual event, bringing together world-renowned countertenor Daniel Taylor with four of his countertenor pupils: César Aguilar, Benjamin Shaw, Ian Sabourin and Ryan McDonald.
The concert will feature a varied program. You’ll hear some standard countertenor repertoire and a few more modern works.
All of these singers are currently pursuing graduate or postgraduate degrees at the University of Toronto. They have been recognized for their beautiful voices across Canada and around the world.
"This concert marks the first time that they have all performed together" said Mary. "Two special guests will also be appearing as part of this wonderful evening. Mexican musicians pianist Miguel Brito and tenor Jesús Cortés will present an homage to Mexico along with César Aguilar, as part of the concert."

You will not want to miss this evening of glorious music.
Tickets are $25 at the door or through : Eventbrite.com

Beach Metro News Sept 19th 2018
HTTP://WWW.BEACHMETRO.COM/2018/09/19/CONCERT-WILL-HIT-ALL-THE-HIGH-NOTES-OCT-5/

 

2018 Festival Musique et autres mondes : Revue du gala d’ouverture.

Daniel Taylor’s Theatre of Early Music performed a patrician, semi-staged version of Purcell’s Dido and Aeneas. Ottawa mezzo-soprano Wallis Giunta was the star attraction as Dido. Taylor wisely underlined her singular energy and vocal distinctiveness: dressing her in creamy white while keeping everyone else in black; isolating her onstage, minimizing her physical interactions with the other singers. Instead, two contemporary dancers, the riveting Bill Coleman and Carol Prieur, served as the physical avatars for passion, sensuality and betrayal. It was really the only approach that allowed this strange marriage to work.
Geoffrey Sirett was an enormously impressive Aeneas. Sirett adopts a less is more philosophy. His velvety, tea-stained baritone is grounded in luxurious legato and judicious use of falsetto for expressive effect.
The rest of the ensemble was marvellous, including Larissa Koniuk’s sweetly affecting Belinda, Benjamin Butterfield’s hilariously inappropriate drunken sailor, and Taylor’s own creepy, campy Sorcerer. Choral movements were finely etched, with especially beautiful echo effects. The small instrumental ensemble, led by violinist Adrian Butterfield, provided a softly shimmering backdrop for the singers.

NATASHA GAUTHIER
5 juillet 2018

http://artsfile.ca/review-music-and-beyonds-kicks-off-with-a-night-of-marvellous-musical-contrasts/

Daniel Taylor: chant choral... sur le chemin du paradis

photo of Dan and choir

Si tant de mélomanes québécois et canadiens apprécient la tessiture du contre-ténor, c’est en grande partie grâce à Daniel Taylor. Suave et incarnée, sa voix haut perchée nous envoûte depuis plus de deux décennies, et ce, à travers une quarantaine d’albums.
De surcroît chef de choeur rigoureux et respecté, directeur artistique inspiré, véritable leader esthétique, le chanteur canadien est à la barre du Trinity Choir et du choeur et de l’orchestre du Theatre of Early Music (TEM). Les approches de ces formations consistent à amalgamer les plus belles oeuvres chorales du XVesiècle à aujourd’hui, oeuvres souvent oubliées et remises en lumière... cette fois à Montréal, où il a vécu deux décennies et où il garde un pied-à-terre - il enseigne désormais à l’Université de Toronto, il y réside principalement pour honorer sa tâche.
Le programme de sa prestation dominicale se fonde en bonne part sur la matière tant appréciée d’un album lancé en décembre dernier par le Trinity Choir, soit de la même famille élargie : sous étiquette Sony Classical, le sublimissime The Path to Paradise y soude le présent et le lointain passé.
La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours sera ainsi habitée par les compositeurs Arvo Pärt (1935-), John Tavener (1944-2013), John Sheppard (1515-1558) et Willam Byrd (1540-1623), notamment. Pour Daniel Taylor et ses collègues, cette surimpression d’époques fonctionne parfaitement, bien qu’elle mise d’abord sur une quête musicale aux XVe, XVIe et XVIIe siècles.
"Cette relation avec la musique du lointain passé, explique Daniel Taylor au bout du fil, provient de l’influence qu’exerçait sur moi le regretté Christopher Jackson [fondateur et directeur artistique du Studio de musique ancienne de Montréal]. Je l’ai connu à ma première année d’université, nous sommes devenus amis, nous avons ensuite beaucoup voyagé ensemble. En plus d’être un grand musicien et un grand directeur artistique, Christopher était un homme d’une profondeur exceptionnelle, avec qui on pouvait discuter de tout : actualité, histoire, philosophie, etc. "
Cette relation de Daniel Taylor avec feu Christopher Jackson l’a également incité à intégrer l’humanité dans sa pratique artistique.
" Ce que je recherche dans le répertoire choral et dans les musiques mises en relief par les ensembles auxquels je suis associé, c’est le facteur humain. Très ancien ou très récent, le chant peut illustrer la persécution et la souffrance, mais aussi l’espoir et la révélation. " Daniel Taylor
C’est pourquoi, d’ailleurs, il intègre régulièrement dans ses concerts les musiques de compositeurs contemporains tels John Tavener et Arvo Pärt, dont les concepts rythmiques sont inextricablement liés au rythme cardiaque.
Tavener et Pärt s’avérant de véritables mystiques au XXIe siècle, leur oeuvre peut fort bien se fondre dans un corpus de musiques anciennes, dont l’inspiration était très souvent (sinon exclusivement) religieuse.
Mais il y a plus encore : "Tant de grands penseurs et concepteurs artistiques s’intéressent aux rituels, souligne Daniel Taylor. En ce qui me concerne, ce n’est vraiment pas facile d’évoquer cette dimension rituelle dans un album de 60 minutes ou dans un concert, mais cela reste possible, je crois."
Travail de recherche
Les grandes qualités des concerts ou enregistrements de Daniel Taylor résident dans la rigueur de sa quête d’oeuvres à la fois sublimes et obscures.
"Je fouille dans les librairies ou les bibliothèques, la liste de mes découvertes s’allonge au fil des ans, raconte-t-il. Prenons In Monte Oliveti, d’Orlando di Lassus [1532-1594]. Je n’avais jamais entendu cette pièce magnifique avant de la découvrir à la bibliothèque. J’ai aussi visité le mont des Oliviers en Israël. Arrivé sur place, pourtant, ce n’est pas si grandiose... Dans le cas de cette représentation mystique, le trajet importe davantage que l’arrivée. "
Très souvent en tournée, le chanteur et directeur artistique aime diriger des ensembles dont le personnel peut varier autour d’un noyau stable de collaborateurs.
"J’aime que les interprètes, recrutés surtout au Canada, restent frais et alertes tout en s’inscrivant dans une même esthétique sonore. Si nous nous produisons à l’étranger, cependant, nous pouvons y accueillir une part de chanteurs issus des pays où nous nous produisons."
La facture sonore est primordiale pour Daniel Taylor. "Pour le concept The Path to Paradise, par exemple, j’ai recruté des ténors qui chantent particulièrement haut, ce qui confère au choeur un son d’ensemble conforme à ce qu’avaient en tête les compositeurs du XVIe siècle figurant à notre répertoire. C’est pourquoi, d’ailleurs, on trouve dans ce choeur plus de voix masculines que d’ordinaire. Les sopranos jouent aussi un rôle prépondérant dans l’affaire et ajoutent à la séduction. J’ose croire que nous sommes capables de suggérer une véritable expérience et de toucher les gens."

Publié le 25 février 2018
ALAIN BRUNET La Presse
http://www.lapresse.ca/arts/musique/entrevues/201802/25/01-5155203-daniel-taylor-chant-choral-sur-le-chemin-du-paradis.php

 

1 Mars 2018: Une réflexion touchante sur dimanche dernier

Quand je m’évade dans la mesure
notes personnelles et discours musical de Josée Gagnon


Grande sensibilité. Clarté du geste vocal. On entend l’espace qui s’ouvre. Une acuité joyeuse coule à travers les sens. On perçoit tout, sons et silences. L’esprit se calme. La posture change. Dans cette qualité d’écoute, chacune des voix se révèle dans son infinie justesse. Chacune livrant sa couleur propre et essentielle à l’équilibre de l’ensemble. L’oreille capte les sons feutrés qui cèdent bientôt à la tempête d’un crescendo flamboyant. Le volume sonore nous pénètre sans jamais écraser. Il nous enveloppe, il nous tient en alerte. Comme une arrivée au sommet, au terme d’une longue ascension, quand le coeur respire et s’apaise, absorbé par l’étendue du vide, ébloui devant la beauté de l’espace, à perte de vue, à pleine oreille.
Le chef de choeur inspire à cette synergie créatrice. Il l’invite à travers ses gestes. Il s’en nourrit et la provoque tout à la fois. Il conduit les voix et notre écoute dans un même mouvement de perfection. Il révèle l’expression juste de l’oeuvre à ce moment-ci, dans cette salle, avec ce public. Dans cette pression atmosphérique et cette humidité de fin février, il offre la texture parfaite pour cet espace acoustique exceptionnel. Dans la pure magie de cette rencontre, chaque membre de l’auditoire devient complice des oeuvrent qui se créent ce soir-là. Dans la vague du son et de l’écoute, les émotions dansent, toutes personnelles, intimes mais reliées tout autant.
Assise droite sur mon banc de bois au fond de l’église, je m’intéresse un bon moment aux gestes du chef, Daniel Taylor. J’observe ce dos et ces mains qui scandent le mouvement. Je les suis des yeux un long moment. C’est calme, précis, entier. Je m’évade dans la mesure. J’entre dans la partition. Je navigue dans la mouvance des voix qui libèrent leur arsenal de grandeur et de beauté.
Et la dernière pièce s’achève. Le rappel se termine. Les voix touchent le silence. Les musiciens se tournent. Saluts. Applaudissements. Le public se lève. Rituel. Transition. Ça bouge, ça parle. Chacun, chacune revêtit le manteau de sa vie et retourne pas à pas dans la ville. Un dimanche soir à Montréal. La ville au cent clochers. La ville aux mille festivals.
Je rentre chez moi. J’écris ces lignes. Comme un besoin de transmettre comment l’art existe. Comment il transforme et anime femmes, hommes et enfants qui le vivent, le créent, le ressentent, l’accueillent. Et parce que l’art existe, peut-être que l’humanité a encore une chance.

Ces notes ont été écrites à la sortie du spectacle de musique THE PATH TO PARADISE,
de Daniel Taylor et le Theatre of Early Music, présenté à la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours,
dans le Vieux-Montréal, le 25 février 2018, dans le cadre du Festival Montréal en Lumière

 

^ Haut